« Écrire » : un mot d’ordre pour l’UNIGE, qui plus est en Lettres. Écrire, oui, mais écrire quoi ? – Dans le cadre d’un partenariat conclu avec l’Atelier d’écriture (BA7) du Département de langue et littérature françaises modernes (animé par Guy Poitry), R.E.E.L. vous propose une immersion régulière dans l’écriture créative… Comme quoi, « université » rime aussi avec « créativité » !

Pour bien commencer ce semestre de printemps, nous vous proposons une critique littéraire signée Hélène SEREX : découvrez Frère et sœur, un roman de la néerlandaise Esther Gerritsen. À lire sans tarder !

De la difficulté de lâcher prise

C’est sur l’annonce d’un drame imminent que débute le livre Frère et sœur de l’auteure néerlandaise Esther Gerritsen[1] : Olivia, dont la vie bien rangée ne supporte aucun désordre, apprend que son frère Marcus est sur le point d’être amputé de la jambe. Bien qu’ils ne se soient plus revus depuis des années et malgré leur relation conflictuelle, la sœur vient en aide à son frère et l’héberge après son opération. Marcus s’introduit alors dans le quotidien bien huilé d’Olivia, perturbant l’équilibre familial et professionnel qu’elle s’était construit. Sa présence met en lumière les dysfonctionnements au sein du foyer de sa sœur. Cette dernière, fraîchement nommée directrice financière d’une entreprise en faillite, se bat pour la sauver et néglige son rôle de mère et d’épouse ; soudainement confrontée aux problèmes qu’elle avait toujours occultés, elle doit faire face à sa plus grande peur : celle de perdre le contrôle.

Par la subtilité de son écriture, Esther Gerritsen parvient à nous faire entrer dans l’intériorité d’un personnage qui refuse de dévoiler ses sentiments. On accède alors aux moments de panique, aux peurs, aux émotions cachées d’Olivia de manière naturelle et réaliste. On ressent son extrême froideur au travers de ses réflexions moqueuses ou ironiques, qui apportent un certain humour au roman. Mais le plus fascinant reste l’évolution de la relation entre le frère et la sœur. Si c’est bien Olivia qui décide d’abord de venir en aide à son frère, on observe au cours du roman une lente inversion des rôles. Marcus, en agissant comme un révélateur des difficultés familiales que rencontre sa sœur, permet de lui ouvrir les yeux, et celui qui était d’abord considéré comme une charge se révèle être un véritable soutien.

Hélène SEREX

[1] Ndlr : après une formation en arts dramatiques, Esther Gerritsen s’en tournée vers le journalisme. Elle est l’auteure de plusieurs pièces de théâtre et de romans qui lui ont valu de nombreux prix littéraires.

Référence : Esther Gerritsen, Frère et sœur, trad. du néerlandais par Emmanuelle Sandron, éditions Albin Michel, 2017, 170 pp.

Photo : ©Magali Bossi