Dévoreurs de livres, Les Livrophages vous emmènent chaque semaine à la rencontre d’un ouvrage et d’un auteur différents. Ce matin, Pardis Pouranpir vous fait découvrir une saga pas comme les autres : Autre-Monde, de Maxime Chattam. Du fantastique, du fantastique !

 

« Il y a quelque chose là-haut, on dirait que ton plafonnier est relié à… une sorte de perche. Matt saisit une bûche et la lança dans la clairière, juste sous le globe. Aussitôt, les épais buissons en face du trio s’écartèrent et une vaste gueule pleine de crocs luisants surgit, surmontée de gros yeux noirs. Un monstre dont chaque croc était aussi grand que Matt. »

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il adviendrait de l’humanité si une météorite dévastatrice ou un gigantesque tsunami balayaient la surface de la Terre ? Quelles espèces animales survivraient ? Et si l’humanité restait, comment elle s’adapterait ? De plus en plus fréquemment ces dernières décennies, les catastrophes naturelles s’enchaînent ou se superposent dans le temps comme dans l’espace. Un jour, un tsunami, le lendemain, un ouragan ; les journaux télévisés en rapportent tant que nous nous y sommes presque habitués. Et si un jour, suivant l’intensité et la fréquence croissantes des évènements terrestres, un cataclysme d’une intensité inouïe frappait le monde ?

Maxime Chattam, lui, l’a imaginé. Dans sa saga nommée Autre-Monde, dont le dernier tome est prévu pour le 16 novembre 2016, il nous raconte l’adaptation et les péripéties d’adolescents ayant miraculeusement survécu à La Tempête, un phénomène dévastateur qui laissa la nature reprendre ses droits sur la Terre en l’espace d’une seule nuit. La dimension spirituelle et les rapports de l’Homme au monde ont une part importante dans Autre-Monde puisque la Terre est considérée comme un être à part entière, capable de se rebeller contre un envahisseur. Les villes recouvertes de végétation, les animaux habituels remplacés par des limaces géantes et autres espèces surprenantes mais surtout, d’effrayants échassiers et leur mystérieuse quête ne cessent de donner du fil à retordre à ce qui reste de l’humanité, qui n’est plus du tout au sommet de la chaîne alimentaire…

Suite à cette nuit de changement brutal, les enfants et adolescents sont séparés des adultes, devenus soit des monstres sans cœur, les Cyniks, soit des brutes écervelées, les Gloutons. Privés de tout soutien parental, les enfants, qui préfèrent à présent se nommer les Pans, apprennent au cours des bientôt sept tomes du livre à s’adapter à cet Autre Monde dont ils ne connaissent rien, tout en devant s’éduquer eux-mêmes et éviter les dangers. Ils recréent une forme de système social à leur façon, afin de se protéger des adultes et des conséquences de la Tempête.

15-11-9h-autre-monde

Maxime Chattam, romancier français spécialisé dans le genre policier, n’en est pas à son premier succès avec la série Autre-Monde. Après sa Trilogie du Mal et son Cycle de l’Homme et de la vérité, qui sont une manière d’utiliser entre autres ses études de criminologie, en questionnant l’essence de l’homme et du mal, Chattam s’offre une pause plus imaginative en compagnie des Pans et leurs aventures. Avec Autre-Monde, il aborde la thématique de la création d’une société nouvelle, incluant de nouvelles normes et manières de faire, touchant ainsi un public autre que les fans de thrillers.

Tout en prenant le lecteur aux tripes avec son intrigue complexe et inattendue, Autre-Monde nous fait notamment surfer sur les thèmes de la relation parent-enfant, la création d’une société, le passage de l’enfance à l’adolescence, et de l’adolescence à la vie d’adulte. Enfin, dans un monde où le manque de considération des Hommes quant au respect de toute forme de vie voit ses conséquences prendre forme, la question écologique se glisse dans cette saga fantastique qui navigue à merveille entre découverte des enchantements du nouveau monde auquel les personnages sont confrontés et frayeurs qui se posent sur leur chemin. Une histoire à dévorer sans modération.

Références : Maxime Chattam, Autre-Monde, Paris, Albin Michel, 2008-2016

Photographies : ©Magali Bossi (banner), ©Pardis Pouranpir (couvertures)