Étudier, c’est bien… mais étudier en se cultivant, en s’épanouissant et en s’éclatant, c’est encore mieux ! – Dans le cadre d’un tout nouveau partenariat lancé cet automne avec les Activités Culturelles (AC) de l’UNIGE, R.E.E.L. vous propose une série d’entretiens passionnants (et passionnés !) avec certains enseignants actifs dans les AC : de la construction d’instruments électro-acoustique au mystérieux bartitsu (une technique d’auto-défense dont se servait Sherlock Holmes), en passant par la photographie, l’improvisation théâtrale ou les ateliers d’écriture, venez découvrir quelques-uns des cours proposés cette année par les AC !

Un seul mot d’ordre : de la culture avant toute chose !

* * *

« De la musique avant toute chose… », écrivait Verlaine dans Art poétique. – De la musique avant toute chose… et aussi un peu d’électronique, de bidouillages informatiques, de la soudure, de l’imagination et une sacrée dose d’innovation : telle pourrait être la devise de Pierre Dunand Filliol, animateur aux Activités Culturelles. En effet, il propose, en cette année 2014-2015, deux cours intitulés Musique concrète : créer des pièces musicales (en automne) et Musique électronique : construire des instruments électroacoustiques (au printemps). Que cachent ces deux intitulés énigmatiques ?… – Retour sur un animateur des AC un peu particulier, entre musique et électronique[1].

La collaboration de Pierre Dunand Filliol avec les AC des l’UNIGE a débuté il y a à peu près quatre ans (il entame ce semestre sa cinquième année d’enseignement). Au fil du temps, plusieurs cours ont été proposés, remaniés, abandonnés, redirigés vers d’autres professeurs, en fonction des disponibilités et des participants intéressés : musique concrète, synthèse sonore, technologie Arduino (assuré cette année par Pierre Rossel) ou Kinect (pour faire simple : une captation de l’environnement via ordinateur, permettant le contrôle programmé par le corps)[2]… Cette année, Pierre Dunand Filliol se concentre sur deux cours : Musique concrète et Musique électronique.

Offert au semestre d’automne, Musique concrète : créer des pièces musicales met en avant (comme son nom l’indique) la musique concrète, « fondée sur une pratique de l’écoute, de l’organisation et de l’agencement des sons (instrumentaux ou non) au sein de pièces dites acousmatiques. [La musique concrète] offre une forme de nettoyage de l’écoute qui s’affranchit autant des contraintes du solfège et de l’harmonie classiques que du geste instrumental. »[3] Pour vulgariser (Pierre Dunand Filliol l’explique beaucoup mieux… !), il s’agit de capter des sons, des bruits dans l’environnement (et donc, d’apprendre à faire des prises de son), puis de les transférer sur un ordinateur, de les découper, de les traiter afin de créer des objets sonores propres qui seront ensuite montés en pièces électroacoustiques. Ces pièces électroacoustiques peuvent alors être pensées, conçues, travaillées pour remplir différents rôles : fonds sonores de vidéos, concerts, enveloppe sonore d’une exposition ou d’une émission de radio, bande-son d’une pièce de théâtre… Ainsi, les participants seront capables à l’issue du cours « de maîtriser les techniques de base de l’enregistrement de sons concrets, d’analyser la nature des sons, de construire une pièce sonore. »[4] De quoi faire ses premiers pas dans la musique concrète… et pousser plus loin si l’envie est là !

Au semestre de printemps, Musique électronique : construire des instruments électroacoustiques sera « basé sur la « déconstruction/reconstruction » d’instruments et d’objets musicaux à partir de composants électroniques. Il constitue une première approche des formes et sonorités de la musique électroacoustique fondées sur les sons synthétiques analogiques. »[5] Il s’agit là d’être un peu bricoleur et, à l’aide d’indications et de matériel accessibles à tous (même aux débutants !), de fabriquer différents objets servant à la production de musique électronique (micros de contacts, radios transformées, circuits électroniques simples, etc.). C’est également un moyen d’expérimenter et de découvrir les musiciens qui, historiquement et esthétiquement, ont usé de la musique électronique… mais aussi de créer son propre univers de sons, sans limite à l’imagination !

Cependant, pour les angoissé-e-s de la technologie, les phobiques du bricolage, les maladroit-e-s de l’électronique, pas de panique ! Ces cours sont ouverts à tous, que l’on soit électricien débutant ou soudeur confirmé : le tout est avant tout de se faire plaisir et d’apprendre, en respectant quelques règles de base simples, comme nous l’a expliqué Pierre Dunand Filliol. Pédagogue passionné, pionnier de l’informatique utilisée à des fins musicales à Genève, organiste et facteur de clavecin à ses heures, il prend plaisir à transmettre dans ses cours son enthousiasme, face à un public d’étudiant-e-s de tous niveaux, d’Alumni, de membre du personnel de l’UNIGE ou de participants externes. Membre et animateur dans les associations Infolipo (Arts et littératures numériques, partenaire des AC[6]) et Makaronic (qui cherche à développer les formes contemporaines de poésie[7]), Pierre Dunand Filliol est très actif sur la scène artistique contemporaine, présentant ses propres projets ou soutenant ceux des participants qui fréquentent ses cours et sollicitent son aide.

Bref, que l’on soit étudiant en Physique, doctorant en Psychologie ou Mémorant en Lettres, il n’y aucune excuse pour ne pas tenter l’expérience : avec Musique concrète ou Musique électronique, le dépaysement et l’enthousiasme sont assurés. – Avis aux amateurs : le premier cours commence le 25 novembre !

Magali Bossi

 

Pour en savoir plus :

– sur les AC de l’UNIGE : notre article (http://www.reelgeneve.ch/?p=3540) et la page web des AC (http://www.a-c.ch/).

– sur les cours donnés par Pierre Dunand Filliol : Musique concrète (http://a-c.ch/?p=7671) et Musique électronique (http://a-c.ch/?s=dunand+filliol&p=7681).

[1] R.E.E.L. tient d’ailleurs à le remercier encore chaleureusement pour l’entrevue qu’il a bien voulu nous accorder.

[2] Pour plus d’informations sur ces technologies (Arduino et Kinect), v. le site des AC : http://a-c.ch/?p=7680&s=arduino ou http://a-c.ch/?p=5033&s=kinect.

[3] V. le descriptif offert par les AC : http://a-c.ch/?p=7671.

[4] Id.

[5] V. le descriptif offert par les AC : http://a-c.ch/?s=pierre+dunand+filliol&p=7681.

[6] V. http://a-c.ch/io. L’association Infolipo est davantage un lieu de discussion, de réunion et d’expérimentation qu’un véritable cours, où les participants qui le souhaitent peuvent pousser plus loin leurs créations artistiques et échanger avec d’autres.

[7] V. leur site internet : http://www.makaronic.ch/index.html.