Chaque lundi, REEL vous offre dans ses pages numériques un éditorial. Tribune d’expression, cette chronique a souvent un pied dans l’actualité la plus immédiate. Elle reflète les opinions de son auteur(e), que la Rédaction s’engage à publier sans forcément toujours les partager.

Bien que les comportements homophobes soient, malheureusement, monnaie courante, il est un lieu où ils sont d’autant plus graves : les médias.

Dernier fait marquant de l’émission « Touche pas à mon poste » en date, la « blague » de Cyril Hanouna : celui-ci, jamais en reste quand il s’agit de nous pondre de nouvelles inepties, a trouvé des plus divertissants de se moquer de la communauté homosexuelle lors de son dernier prime-time. Ce dernier avait pour concept de prendre des coups de téléphones en direct et de faire des gags plus idiots les uns que les autres aux interlocuteurs – nous ne nous attarderons pas sur l’idée brillante de faire des plaisanteries sur une ligne d’urgence de la police.

Bien vite, Hanouna a la bonne idée de se faire passer pour une personne homosexuelle sur un site de rencontres, sous le pseudonyme de « Jean-José ». Recevant des appels de la part de personnes potentiellement intéressées par des rencontres de type sexuel, il décide de jouer le jeu et de s’amuser avec. C’est ainsi que s’en sont suivies quelques conversations souvent gênantes, la température montant très vite et dans l’hilarité générale ; aussi bien chez les chroniqueurs que chez le bouffon public numéro 1 du PAF.

Dès le lendemain, sans surprise, les critiques incendiaires et les remarques scandalisées abondent sur les réseaux sociaux. De plus, jusqu’à présent, près de 17’800 plaintes ont été déposées au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Encore une fois, cet organisme va garder l’émission à l’œil et, certainement, ne rien faire d’utile. En effet, malgré le raz-de-marée de plaintes qui atterrissent au CSA chaque année pour le programme « Touche pas à mon poste », ceux-ci ne cessent de surveiller et semblent attendre la Saint-Glinglin avant de prendre de réelles mesures.

Il est important de noter que ce n’est pas le coup d’essai de Hanouna quant aux discriminations homophobes : nous avons tous en mémoire l’outing de son chroniqueur Matthieu Delormeau sur le plateau. Il est également à noter qu’il est devenu le bouc émissaire de l’émission et y est régulièrement humilié en public.

Bien évidemment, le principal intéressé s’est défendu déclarant que « je peux vous dire que s’il y a une émission qui n’est pas homophobe, c’est bien celle-là. On n’acceptera jamais ça ici. L’émission est ouverte à tous, sauf aux cons ». Amusant de la part d’un individu ayant eu l’idée hautement intellectuelle de se moquer ouvertement d’interlocuteurs téléphoniques, de refuser l’accès de son émission « aux cons ». Il a même songé à attaquer le CSA, qui, selon lui, a un « rôle ambigu » et qui utilise Twitter pour faire monter en puissance ses détracteurs.

Mon avis sur la question est le suivant : bien que je pense que l’on peut rire de tout, il y a la façon et le lieu pour le faire. Je pense qu’on ne peut pas se permettre, quand on a autant d’influence, sur un public assez jeune qui plus est, de jouer sur les stéréotypes et sur les personnalités profondes des gens. Lorsqu’on est un personnage public, on a une responsabilité vis-à-vis de la société et on ne peut pas se permettre d’exposer des individus en s’en moquant de cette manière. De plus, il est indispensable d’avoir un minimum de jugeote et de garder à l’esprit que les personnes visées ne sont peut-être pas à l’aise avec elles-mêmes ou peuvent avoir de la peine à accepter leur identité. Ce genre de plaisanteries peuvent avoir des conséquences regrettables, voire dangereuses sur des personnes qui pourraient s’avérer fragiles ; les victimes de ces plaisanteries étant, de surcroît, jeunes.

Par opposition, ma mère, qui a de l’esprit et qui est surtout une fan inconsidérée de Cyril Hanouna, a un avis tout à fait différent. Elle affirme qu’il ne peut pas être homophobe, dans la mesure où il soutient Le Refuge (une association qui aide les jeunes homosexuels en difficulté). À ceux qui envisageraient d’utiliser le même argument, j’enjoins de garder à l’esprit que ce n’est pas avec des dons qu’on achète le droit de discriminer les autres.

 

Photo : Capture d’écran tirée d’une vidéo du Huffington post (http://www.huffingtonpost.fr/2017/05/21/cyril-hanouna-veut-attaquer-le-csa-apres-les-accusations-dhomophobie_a_22102133/)