Boire un capuccino avec Aude Chollet, c’est s’offrir une tasse de bonne humeur au milieu d’un mois d’octobre gris. À une table du Café du Rond-Point, elle nous raconte sa passion pour le théâtre – et son dernier projet : Barbara, l’âge tendre.

L’Aigle noir s’invite au théâtre…

Spectacle musical, Barbara, l’âge tendre a séduit le public du Théâtre Alchimic jusqu’au 18 octobre dernier[1]. Entre scénettes et chansons, la pièce revient sur les jeunes années de celle qui est devenue la « longue dame brune » : ses débuts à Paris, dans le cabaret de l’Écluse, sur la rive gauche. Voir Barbara, l’âge tendre, c’est non seulement assister à un spectacle musical d’une immense poésie… mais aussi se frotter à une approche théâtrale toute particulière : celle qui mélange théâtre et musique. – Alors, quand Aude Chollet, une des initiatrices et actrice de la pièce a accepté d’aller boire un café, c’est tout naturellement que Barbara s’est invitée dans la conversation.

Des circonstances improbables…

Un sourire dans le regard, Aude revient sur la genèse de Barbara, l’âge tendre. « En fait, s’exclame-t-elle, c’est vraiment un concours de circonstances ! » – Formés en théâtre à La Manufacture de Lausanne, Aude Chollet et Adrian Filip cherchent un projet à monter ensemble après leurs études. Barbara entre un peu par hasard dans leur vie, en 2012.

C’est grâce à une longue rétrospective radio sur la vie de la chanteuse qu’Aude commence véritablement à s’intéresser à la vie de la « longue dame brune » : co-production des radios francophones publiques (ensemble de radios réunissant France Inter, La Première Chaîne de Radio-Canada, La 1ère de la RTS et La première de la RTBF), la série radiophonique Barbara en noir et blanc a proposé, à l’été 2012, de découvrir Barbara en neuf volets[2]. Après cette émission qui l’a captivée, Aude tombe sur un reportage télévisé, davantage axé sur la jeunesse de Barbara, période moins connue durant laquelle elle a pourtant écrit quelques-uns de ses plus grands succès.

Cependant, c’est un événement apparemment trivial qui donne en quelque sorte le coup d’envoi du projet Barbara, l’âge tendre : un beau matin, Aude va simplement se faire… couper les cheveux. Les commentaires fusent : il paraît qu’elle ressemble à Barbara, dans sa jeunesse. – Là, c’est décidé, il va vraiment falloir se lancer !

Entre théâtre et musique

Le projet se monte lentement : Aude et Adrian en discutent et décident finalement de se centrer sur la jeunesse de Barbara, riche en événements et en symboles. L’idée est de montrer une facette nouvelle de la chanteuse, de lever le voile sur une période charnière pour elle : le moment où elle devient réellement auteur-compositeur, ciselant ses propres œuvres et se détachant de celles des autres. Reste encore à choisir des personnages. Il y aura Barbara, bien sûr, mais qui d’autre ? Après avoir épluché les mémoires de la chanteuse (Il était un piano noir… Mémoires interrompus[3]) et de nombreuses biographies, le choix se porte sur un homme peu connu : André Schlesser, dit Dadé, un des patrons du cabaret l’Écluse, qui a accueilli les premiers pas de la jeune auteur-compositeur. Cité par Barbara dans ses mémoires, Dadé est pratiquement absent de la bibliographie consacrée à la chanteuse : Adrian et Aude ont ainsi tout loisir de s’inspirer des quelques lignes que lui consacre la chanteuse, pour créer un Dadé sensible et réaliste, à même d’encourager Barbara dans son envol créatif…

Le texte se construit, nourri des anecdotes que Barbara livre dans ses mémoires : il s’agit alors de montrer le contexte de naissance de quelques chansons emblématiques, ainsi que des scènes de vie qui ont poussé la chanteuse à quitter le métier d’interprète pour celui d’auteur-compositeur. Six ans de la vie de Barbara seront ainsi parcourus, entre scénettes et chansons. Le lien chronologique reliant contexte et musique en constituera le fil rouge. Écrit tout d’abord par Aude, le texte est remanié par son père, Jean Chollet, qui a une grande expérience du théâtre. La musique reste cependant au cœur du processus de création, liée au théâtre et se nourrissant de lui…

En parallèle, Aude s’attèle sérieusement à l’apprentissage du piano : si elle doit interpréter Barbara et chanter, autant être convaincante ! Violoniste, elle connaît déjà le solfège mais doit travailler d’arrache-pied durant six mois pour parvenir à évoluer à peu près sereinement sur un clavier. Épaulée par sa tante, pianiste professionnelle[4], elle parvient à relever le défi.

Après le piano, c’est le chant qu’il faut travailler : contrairement à ce que sa prestation dans Barbara, l’âge tendre laisse à penser, Aude n’a pas minutieusement copié les techniques de la chanteuse. Elle s’est plutôt laissé porter par les chansons : immergée dedans, elle a écouté durant de longues semaines les mots, les notes… pour finalement se mettre au piano et tenter de les restituer au mieux. « Ce que je voulais, explique-t-elle, c’est faire passer ce qui m’avait touchée, ce que j’avais ressenti en écoutant ces chansons. Je ne voulais pas copier Barbara. Je voulais rester moi. » Dès lors, une certaine liberté se dégage de son interprétation, qui fait à la fois honneur aux versions originales… tout en éclairant les textes connus sous un nouvel angle !

 

 

D’Avignon à Genève

À l’horizon du projet Barbara, l’âge tendre, il y a un but : le Festival OFF d’Avignon 2013. Créé à la fin des années 60, ce festival met en avant le spectacle vivant et le théâtre alternatif, offrant une plateforme internationale aux troupes indépendantes[5]. Pour s’y faire connaître, Aude et Adrian montent la Compagnie Appât de Loup… – Un joli challenge, pour un spectacle musical audacieux !

Le spectacle est joué à Avignon à l’été 2013… entre 20 et 25 fois ! « La mise en scène a été rapide, en fait », se souvient Aude. Très rapide, puisque la pièce se monte en à peine deux semaines. Les premiers pas sur les planches d’Avignon permettent alors de rôder les répliques, de prendre ses marques. Finalement, c’est un succès !

Docteur en stylistique et spécialiste de chanson française à l’Université d’Aix-Marseille, Joël July assiste alors à la pièce. À la recherche d’un spectacle musical pour agrémenter un colloque sur la chanson française donné en 2014, il livre un témoignage enthousiaste :

« D’abord, c’est du vrai théâtre, avec les dialogues possibles entre Barbara et son patron du cabaret l’Écluse au cours des neuf années où ils se côtoieront assidument. Ensuite il y a l’incarnation de Barbara par une Aude Chollet qui lui emprunte sans caricature le port de tête, la gestuelle, le phrasé […]. Enfin, il y a des chansons impeccables, et on en voudrait même davantage (!), un bel accompagnement sur le piano droit de l’Écluse, une grande élégance dans des reprises fidèles mais suffisamment distinctes pour être émouvantes et intrigantes, attendues. Ce soir de juillet à Avignon, j’avais enfin trouvé le spectacle musical pour lequel j’avais fait le voyage. »[6]

Depuis 2013, Aude et Adrian font vivre Barbara, l’âge tendre sur les scènes de France et de Suisse. Après avoir joué en octobre au Théâtre Alchimic de Genève, ils seront du 3 au 8 novembre à L’Ancre bleue de Sézenove[7]… avant de se produire à Lutry début 2016. Si Aude et Adrian n’ont pas encore pensé à la suite de leur collaboration, ils comptent bien continuer de faire un bout de chemin avec Barbara : « Tant que ça marche et qu’on peut le jouer, on continuera ! » conclut Aude en souriant. – En tout cas, souhaitons-leur de continuer longtemps.

Barbara, l’âge tendre

Du 3 au 8 novembre

Avec Aude Chollet et Adrian Filip

À L’Ancre Bleue, ch. des Grands Buissons 4, 1233 Sézenove

Photos : ©Philippe Grand

[1] R.E.E.L. lui a d’ailleurs consacré une critique dans sa rubrique, « Sur les planches » : http://www.reelgeneve.ch/?p=4661.

[2] V. la page dédiée des radios francophones publiques : http://www.radiosfrancophones.org/coproductions-evenementielles-detail.php?copro=93.

[3] Barbara n’a jamais achevé ce texte, publié à titre posthume en 1998, un an après sa mort.

[4] Qui, au passage, transcrit les mélodies des chansons choisies, depuis des vieux enregistrements datant de la jeunesse de Barbara…

[5] V. le site officiel du Festival OFF : http://www.avignonleoff.com.

[6] Témoignage extrait du dossier de presse de Barbara, l’âge tendre.

[7] V. http://www.ancre-bleue.ch/index.html.