Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’Université de Genève est à l’écoute des étudiants. Il existe de nombreuses instances qui permettent à ces derniers d’exprimer leur avis. Malheureusement, ces possibilités sont trop souvent méconnues de ceux à qui elles pourraient bénéficier ; certaines commissions mixtes peinent par exemple à survivre, parce que les étudiants qui sont prêts à les intégrer se font rares. Pour remédier à cette méconnaissance, je vous propose une nouvelle chronique : Kesako, qui tentera chaque premier mardi du mois d’expliquer en quoi consiste une institution pouvant profiter aux étudiants. Ce mois-ci, on commence avec la meilleure alliée des associations d’étudiants : la CGTF.

La CGTF – ou Commission de Gestion des Taxes Fixes – « a pour fonction d’octroyer des subventions aux associations reconnues ou enregistrées par le rectorat » nous explique Marine Girardin, qui en est la secrétaire. Plus concrètement, ces subventions se divisent en deux catégories : les subventions ordinaires et les subventions extraordinaires. Les premières sont destinées aux associations reconnues, celles « qui sont reliées à une faculté, à un département ou à une section » nous dit encore Marine. Vous en avez probablement déjà entendu parler, lorsque l’une de ces associations est venue vous voir pour vous demander une signature. Pour faire simple, si vous signez une des listes de membres d’une telle association, la CGTF donnera 5.- à ce motif à l’association bénéficiaire. Cela signifie que si 30 personnes signent, celle-ci recevra 150 francs, plus 300 francs qui sont offerts à toute association reconnue, quel que soit son nombre de membres. C’est déjà une belle petite somme, qui permet d’organiser plusieurs activités !

Cependant, certains évènements coûtent des sommes importantes ; on pense par exemple aux voyages. Or, c’est là qu’interviennent les subventions extraordinaires. Celles-ci sont accessibles pour toute association enregistrée (y compris, donc, celles qui ne sont pas rattachées à une unité d’enseignement) et servent, selon un règlement précis, à payer des projets particuliers, comme par exemple l’impression de journaux – dont R.E.E.L. – ou encore une partie de certains voyages d’études.

Néanmoins, vous vous demandez peut-être d’où vient tout cet argent. Soyez rassuré : il ne vous sera rien demandé si vous vous inscrivez à une association. En fait, quand vous payez votre taxe universitaire de 500 francs, une partie (les fameuses taxes fixes) est reversée à la CGTF. Si vous vous inscrivez à une association, c’est de ce fonds que proviendra l’argent. Alors, n’hésitez pas à signer et à aider ainsi les multiples associations et programmes qui bénéficient de cette aide !

Pierre-Hugues Meyer