La Pièce : petit déménagement entre amis à L’Abri

juin 05, 2015 / by / 0 Comment

À quoi reconnaît-on une bande d’amis ? – À sa capacité à faire face à l’adversité, après dix ans de fous rires, d’engueulades et d’anecdotes ? À son caractère hétérogène, qui crée pourtant la plus belle homogénéité, celle qui réunit les êtres sans que l’on sache pourquoi ?…

Ou peut-être, plus simplement, parce que ce sont eux, les amis, qui viennent vous aider à emménager. C’est en tout cas l’histoire qu’a voulu raconter la troupe Pré-Scriptum, avec sa dernière création, La Pièce. Joué du 4 au 7 juin à la salle L’Abri (1 place de la Madeleine), le projet a été écrit à partir de plusieurs spectacles d’impro et financé par crowfunding[1].

Cette histoire, c’est celle de Eva et Valentin. Jeunes adultes, amoureux, ils ont ENFIN trouvé l’appartement de leurs rêves, un petit cocon parfait pour un couple prêt à voler de ses propres ailes – et le tout, à Genève, s’il vous plaît (ce qui, en soit, est déjà un exploit, vue la crise immobilière récurrente). Mais pour porter leurs cartons colorés et les meubles Ikea® prêts à être montés, Eva et Valentin seraient bien en peine s’ils n’avaient pas l’aide de leurs copains : Manu, Théo, et tous les autres.

Il y a la fille enthousiaste, un brin idéaliste, qui se rêve en comédienne à succès mais qui, trop naïve, se prend râteau sur râteau (presque une Bovary genevoise, qui attire les pervers narcissiques). Il y a le jeune prof du Cycle d’Orientation, qui n’en peut plus de sa coloc’ pour adolescent, qui cite Foucault, Freud ou Lacan dans le texte, et qui adore observer le groupe avec les ciseaux implacables du psychiatre entomologiste. Il y a le gars toujours prêt à rendre service – trop prêt à rendre service –, meilleur ami de Valentin, qui bosse dans un café (le Julien) et qui n’aime pas trop voir les problèmes quand ils pointent le bout de leur nez (et qui, accessoirement, est incapable de monter une table de nuit…). Il y a le type qui ne sert pas à grand chose en matière de déménagement : avec son grand sourire, il observe les autres porter des cartons et lance de temps en temps « eh ben… ça bosse, dites-moi ! ». Sans oublier Christophe, le cousin de Valentin, qui cède gracieusement son appartement après une rupture difficile. Et Ghislaine, la bonne copine qui fait partie de la bande mais que personne n’a prévenue pour le déménagement.

Quant au décor, il est spartiate, laisse place à l’imagination et mime parfaitement l’appartement en plein chambardement : des cartons à la pelle, scrapbookés par les petits ciseaux d’Eva, quelques étagères, deux chaises… et un canapé, presque considéré comme un personnage à part entière (mais n’en disons pas plus !). L’espace scénique mime l’appartement, où chaque pièce est bien définie : salon, cuisine, chambre… Le devant de la scène figure la rue, où attend la camionnette de déménagement… ou le restaurant, où Eva et Valentin racontent à Ghislaine ce qu’elle a manqué, dans un double monologue souvent hilarant.

Bref, tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, dans cet appartement. Mais il y a un « hic » : une pièce – LA pièce n’a pas encore d’attribution. Ancien bureau, le couple n’a pas encore décidé ce qu’il allait en faire… Avec espoir, roublardise ou culot incroyable, chacun des amis venus pour aider va vouloir se l’accaparer et y emménager. – Et là, les ennuis commencent.

Car c’est ça, le véritable enjeu de La Pièce : prendre une situation quotidienne, apparemment banale, que chacun peut avoir vécue – un emménagement. Lui ajouter des personnages que tout le monde côtoie – une bande d’amis. Mélanger un peu, saupoudrer d’ego, de tensions, de non-dits et… voir ce qui se passe ! Plus qu’un spectacle, La Pièce est un laboratoire émotionnel et situationnel : à la manière de Zola et des naturalistes, les membres de la troupe Pré-scriptum posent un décor dans lequel vont évoluer leurs personnages, leur laissant le soin de se laisser guider par leur caractère et leur logique propre… ce qui donne un mélange explosif où, peu à peu, on se dit ses quatre vérités !

De la scène de couple à l’analyse psychologique, des reproches mal placés aux tentatives de rabibochages, des jeux de société au gâteau d’anniversaire (car OUI, au milieu de ça, un pauvre gus fête son anniversaire…), c’est tout le groupe qui éclate, s’embrasse, se déchire, rit, pleure – vit, en somme. Tout peut arriver, et on ne sait ni où, ni quand. Passant du langage de la rue aux alexandrins rimés, la troupe Pré-Scriptum ne laisse pas le temps aux spectateurs de souffler : les petites « scènes de vie » s’enchaînent, ponctuées de musique légère. Alternant stichomythies et monologues, scènes de groupe ou duos intimes, La Pièce est un texte remarquablement écrit, bourré d’humour, de références et de toutes ces petites choses qui unissent une bande d’amis. Pratiquant par ailleurs l’impro, les comédiens n’ont aucun mal à évacuer les éventuels trous de mémoire, en embrayant avec rapidité pour continuer l’histoire. Le rendu sonne très vrai, à tel point qu’on se sent faire partie du groupe, venus nous aussi aider Eva et Valentin à emménager.

La Pièce, c’est donc un formidable cri d’amour pour l’amitié, pour ces relations complexes qui unissent les gens sur le long terme, parfois sans aucune raison. Qu’est-ce qui rapproche un groupe, même après dix ans ? Pourquoi s’aime-t-on, alors qu’on devrait se détester ?… La Pièce, c’est tout ça à la fois : les rires, les déconvenues, les egos blessés pour la bonne cause, les confidences, les aventures partagées. Et c’est ce qui fait sa force : une situation que chacun peut avoir vécue et où chacun peut se reconnaître, ce qui fait sourire, pleurer, rire et réfléchir à la fois – sur eux, mais surtout sur nous-mêmes.

Au final, rien ne peut résumer ce qu’est l’amitié et La Pièce, si elle peint des situations « typiques » entre le vaudeville urbain et le tragi-comique, ne prétend pas donner une définition figée. – Vivante, l’amitié se résume plutôt simplement : parce que c’était lui… parce que c’était moi. À vivre sans tarder à L’Abri, jusqu’au 7 juin prochain !

Magali Bossi

La Pièce

Création de la troupe Pré-Scriptum

L’Abri (espace culturel pour jeunes talents), Place de la Madeleine 1, 1204 Genève

Jusqu’au 7 juin

[1] Nous avions déjà consacré un article à ce projet atypique : v. l’interview de Lia Leveillé sur http://www.reelgeneve.ch/?p=4207.


Leave a Comment

Laisser un commentaire


%d blogueurs aiment cette page :