Dans le cadre du festival Commedia, R.E.E.L. a eu l’occasion de discuter avec Brian Aubert,  responsable de la compagnie La vecindad del 17 de l’Université de Lausanne. La troupe sera sur scène le jeudi 10 mai à la Comédie de Genève pour présenter son spectacle : « Crónicas de un pisotón aburrido en el autobús al lado de la puerta ».

R.E.E.L. : Bonjour, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Brian Aubert (B.A.) : Nous sommes La vecindad del 17, la première troupe hispanophone de l’UNIL depuis des années, regroupant des étudiants en lettres parlant l’espagnol et le français. Nous avons pour but de faire connaître en Suisse le travail d’auteurs hispaniques (à cette occasion, accompagnés d’un auteur français afin de le rendre accessible à un public plus large). Notre intention est de présenter une compilation d’œuvres littéraires et théâtrales que nous avons mises ensemble pour mettre en lumière une richesse culturelle après avoir remarqué une certaine carence de productions en espagnol au sein de l’Université.

R.E.E.L. : Le nom de la troupe est original, pourquoi l’avoir nommée ainsi ?

B.A. : Le nom de la troupe fait référence à la série mexicaine culte El Chavo del Ocho. À cela s’ajoute le « 17 » qui reprend les dénominations des grandes générations littéraires hispano-américaines comme Generación del 98 ou Generación del 27 avec la plupart des auteurs de notre pièce affiliés à une Generación.

R.E.E.L. : Comment fonctionnez-vous ?

B.A. : La création de la pièce et de la troupe se sont créées un peu par hasard et très rapidement avec l’appui des enseignants et des élèves de la section d’espagnol à l’Université de Lausanne. Cristina Diéguez [1]et moi avons réuni des étudiants motivés qui ne possédaient pas forcément d’expérience théâtrale, mais qui partageaient la même passion pour la littérature et qui nous ont accompagnés tout le long dans la découverte des textes et la création de la pièce.

R.E.E.L. : Et que pouvez-vous nous dire à propos de la pièce que vous présenterez pendant le festival Commedia ?

B.A. : Notre spectacle est une création originale à partir de textes de Raymond Queneau, Rafael Alberti, Julio Cortázar, José Sanchis Sinisterra et Ramón Gómez de la Serna. Il s’agit d’un patchwork d’œuvres littéraires et théâtrales. Une sélection des Exercices de Style de Raymond Queneau sert de fil rouge à la pièce. La vision qui nous a guidée est le caractère cartoonesque de certaines de ces œuvres et nous avons au mieux essayé de l’exploiter, aussi grâce à l’ajout de morceaux musicaux, rendant la pièce accessible et, on espère, divertissante !

R.E.E.L. : Pourquoi avoir choisi de présenter cela ?

B.A. :  Présenter des textes pas forcément écrits pour le théâtre nous a permis d’avoir une grande liberté quant à la mise en scène, même si ce fut un grand challenge pour l’adaptation scénique. Nous avons tenté de garder l’esprit original des œuvres tout en apportant notre vision pour les faire revivre en 2018. Par exemple, nous revisitons Les Greguerías de Ramón Gomez de la Serna cent ans après et elles n’ont pas perdu leur charme ! Ainsi que les Exercices de style de Queneau que nous avons redécouverts sous une autre lumière grâce à leur traduction en espagnol d’Antonio Fernández Ferrer.

R.E.E.L. : Pour terminer, pourquoi faut-il absolument venir vous voir ?

B.A. : Il est rare pour un spectateur de tomber sur une pièce de théâtre si diverse, avec des auteurs d’horizons si différentes, mêlant le comique, l’absurde et le méta-théâtre. Ne vous laissez pas intimider par la barrière linguistique car il y aura des surtitres – ainsi qu’un bref interlude en français ! Mais laissez-vous plutôt embarquer par le talent et l’imagination de ces auteurs qui ont tant apporté à la culture hispanique et francophone.

R.E.E.L. : Nous vous remercions d’avoir accepté de répondre à nos questions. Nous invitons chaleureusement nos lecteurs à aller découvrir la pièce durant le festival Commedia 2018.

Propos recueillis par Joana Innocenti

Infos pratiques : Crónicas de un pisotón aburrido en el autobús al lado de la puerta, d’après Rafael Alberti, José Sanchis Sinisterra, Julio Cortázar, Ramón Gómez de la Serna et Raymond Queneau, le jeudi 10 mai à 18h, à la Comédie de Genève (Studio André Steiger) par la Cie La vecindad del 17 de l’Université de Lausanne.

Spectacle en espagnol, surtitré en français.

Photos : © Cie la Vecindad del 17

[1] Cristina Déguez accompagne Brian Aubert dans la mise en scène de la pièce.