Une pléthore de chiffres…

 Les chiffres font partie de notre univers, ils sont partout : dans la presse, à la télévision, sur Internet, nos élus en usent et en abusent, si on peut le dire ainsi. Les chiffres riment souvent avec légitimité (prétention à être précis). On trouve des chiffres sur de nombreux sujets : le chômage, la criminalité, la délinquance, l’immigration, les accidents de la route, le suicide chez les jeunes, etc. On citera aussi les audiences, les sondages et statistiques pour montrer combien nous vivons une véritable culture des chiffres.

 Tout est fait comme si ces chiffres vont de soi ou encore qu’ils sont justes et précis (surtout s’ils sont avancés par des politiciens, des institutions ou encore par des journalistes pour ne citer que ceux-ci). L’abondance des chiffres dans notre vie quotidienne montre la capacité de séduction que peuvent avoir ces derniers. Mais sont-ils seulement réalistes? C’est à dire, décrivent-ils vraiment la réalité sociale?

 Des chiffres simplistes à vocation réaliste…

 Comprenons bien que les chiffres ne doivent pas toujours être pris pour argent comptant.

Ayons trois questions majeures en tête quand on nous avance un chiffre: 1) Comment a-t-il été construit? 2) Dans quel but précis? 3) Et qu’est-ce qu’il révèle exactement?

Prenons par exemple le chiffre «légitime» du taux de chômage en Suisse pour l’année 2010. Selon le SECO (Secrétariat d’Etat à l’Economie) il est de 3,9%.

Sachant qu’il existe plusieurs catégories de chômeurs (chômeurs de longue durée, chômeurs intermédiaires, chômeurs saisonniers, etc.), je m’interroge. Ce chiffre tient-il compte de toutes ces catégories de chômeurs ? Si oui, peut-on regrouper tous ces différents types de chômeurs dans un seul chiffre ? Mais si la réponse est non, alors de quel chômage est-il question ?

Vous comprenez que des précisions s’imposent à chaque fois qu’on avance un chiffre sur une situation donnée.

 Autre fait notable, l’emploi récurrent du terme « estimation ». Fini la bonne vieille procédure de recensement de la population par exemple, on parlera désormais de la population en termes d’estimation. Ce qui montre que même les chiffres concernant le nombre d’habitants de notre canton (Genève) sont, pour reprendre une expression connue, «à prendre avec des pincettes» car non véritablement exacts.

Les chiffres au cœur d’enjeux sociaux…

Vous comprenez bien que je m’intéresse ici aux chiffres qui sont avancés par de nombreux médias, instituts  de sondage et responsables politiques; des chiffres qui ont la prétention de décrire la réalité sociale mais qui pourtant relèvent des enjeux stratégiques, économiques et socio-politiques.

On entend très souvent parler du chômage comme fait social accompagné de son chiffre (environ 3,9% en l’occurrence). Cet usage systématique du chiffre du chômage rend plus «concret» ce fait social, lui confère une légitimité en tant que problème social majeur. Ce qui implique la prise d’un certain nombre de mesures (par les pouvoirs publics) liées à ce phénomène social. Un chiffre avancé dans ce type de contexte est souvent, voire toujours, dans un but précis. Il est adressé aux pouvoirs publics, à l’opinion publique ou encore à des instances concernées. Dans certains cas, où  les enjeux (stratégiques, économiques et sociaux) sont très importants, on procède souvent à des «opérations de redressement des chiffres, redressement par exemple des chiffres sur l’économie, des chiffres du chômage. Ce qui montre que les chiffres peuvent être manipulés et fabriqués à partir… d’autres chiffres.

Finalement le chiffre n’est qu’un… chiffre!

Les chiffres ne sont ni vrai, ni faux… Ils ne décrivent pas vraiment toute la réalité sociale, mais seulement une partie de cette réalité. Pourtant, la majeure partie des chiffres qui nous entourent ont la prétention d’être descriptifs et donc réalistes et véridiques, par exemple le cas des sondages. En cette période d’élections (fédérales chez nous et présidentielles chez nos voisins français), nous porterons une attention particulière, dans le prochain article, à la question des Sondages d’opinion.

                                                                                                                                 K.L.T

Sources

_Swiss info: pour le chiffre du chômage.

_Office Cantonal de la Statistique: pour différents données sur les chiffres.

_Pôle emploi(France): publication des chiffres sur le chômage en France en 2009, suite à une «Opération de redressement des chiffres».