Maintenant que vous connaissez parfaitement le Conseil Participatif de la Faculté des lettres[1], il est temps d’évoquer trois commissions qui sont rattachées à celui-ci : les commissions des études, des études post-grades et de l’égalité.

Celles-ci sont composées de la même manière : des membres de chaque corps[2], le vice-doyen responsable de l’instance et éventuellement un conseiller aux études. La commission des études a pour responsabilité de discuter des modifications concernant les plans d’étude de la Faculté des lettres. Ainsi, si un département désire modifier son plan d’étude, il doit tout d’abord le faire approuver par sa commission mixte, puis le soumettre à la commission des études. Cela permet d’avoir une autre vision sur la modification, ce qui permet d’éviter un certain nombre de problèmes. Le changement doit ensuite être approuvé par le Conseil Participatif, mais celui-ci se limite généralement à approuver ou à refuser un plan d’étude, alors que la commission des études peut le modifier pour résoudre des problèmes techniques.

Néanmoins, cette instance se concentre sur les Bachelors, les Masters et le règlement d’étude de la Faculté des lettres. Pour les formations plus avancées, une autre commission existe : la CEPOG (commission des études post-grades). Celle-ci évoque « tout ce qui concerne les études post-grades, à savoir les doctorats ès lettres, les diplômes de formation continue et les certificats de spécialisation » explique Claudio Marques, membre étudiant de cette commission depuis sa désignation par le Conseil Participatif en septembre 2013. En clair, cette instance s’occupe des étudiants poursuivant leur formation au-delà du Master, « mais également de tout ce qui concerne les études hors du cursus universitaire classique (cours d’été, etc.) » précise Steve Humbert-Droz, l’autre membre étudiant de la commission, désigné de la même façon. Ceci peut parfois impliquer des sujets très concrets, comme les contrats des doctorants, ainsi que l’explique Steve : « Nous avons par exemple soulevé la question de la durée du contrat des doctorants avec l’Université – trois ans renouvelables – sauf que la norme était autrefois de renouveler presque automatiquement le contrat des assistants (ce qui donnait lieu à des contrats de six ans) et qu’aujourd’hui l’Université doit privilégier des contrats plus courts, comme c’est le cas à l’international. »

Ultime instance : la commission de l’égalité. Comme son nom l’indique, cette commission a pour vocation d’encourager l’égalité des sexes. En effet, la situation est actuellement loin d’être idéale. Par exemple, les femmes représentent actuellement 68.7% des étudiants en Facultés des lettres, mais seulement 48% des membres du corps intermédiaire et, surtout, 24% des professeurs ordinaires[3]. Cela signifie que la balance des sexes s’inverse complètement à mesure que l’on progresse hiérarchiquement. La commission de l’égalité a notamment pour vocation de comprendre les raisons qui engendrent cette situation, mais aussi de proposer des solutions afin de résoudre ce problème. Ces solutions peuvent être la recherche de financement, la proposition de règles spécifiques ou encore l’organisation de colloques promouvant l’égalité des sexes[4].

Les étudiants sont présents dans ces trois commissions afin d’exprimer l’avis du corps estudiantin sur ces thématiques très importantes. Néanmoins, il est important de signaler que si les membres de ces commissions sont désignés par le Conseil Participatif de la Faculté des lettres, il n’est pas nécessaire de siéger dans ce Conseil pour fréquenter l’une de ces commissions. Aussi, si l’une d’elles vous intéresse, n’hésitez pas à contacter les membres du Conseil Participatif[5] pour en l’intégrer. Malheureusement, les étudiants ne connaissent souvent pas ces commissions et peinent donc à y porter leur voix, comme le signale Claudio : « Il faut cependant reconnaître que très peu d’étudiants connaissent l’existence de ce type de commission, de même que l’existence du CP[6] ou bien encore des commissions mixtes, ce qui a été par exemple mon cas pendant tout mon Bachelor. Un plus grand travail d’information de la part de tous les corps universitaires serait à saluer. »

Pierre-Hugues Meyer

[1] http://www.reelgeneve.ch/?p=4044

[2] Cf. article sur le CP pour un rappel de ce que sont les différents corps.

[3] Source : séance d’information pour les étudiants de première année, septembre 2014.

[4] La liste des buts de la commission de l’égalité se trouve ici : http://www.unige.ch/lettres/fr/faculte/structures/commissions/egalite/mandat/

[5] Pour tout contact avec les membres du Conseil Participatif de la Faculté des lettres : ael@unige.ch.

[6] Conseil Participatif (CP pour les intimes).