Le mercredi 22 avril à Uni Mail a eu lieu la conférence «  Communication 2.0 – métiers d’aujourd’hui et de demain », organisée par des étudiants en Master de Journalisme et Communication à l’UNIGE.

La conférence avait notamment pour but d’offrir une visibilité au Master en Journalisme et Communication et s’adressait à un public très large, mais en particulier aux étudiants s’intéressant à ce domaine et susceptibles de vouloir rejoindre cette formation.

Pour les organisateurs (Manon Voland, Céline Pétremand, Sabine Müller et Stefano Crepaz) qui ont bien voulu répondre aux questions de R.E.E.L., cet évènement était aussi un travail dans le cadre dudit Master et une opportunité pour eux d’avoir un exercice pratique dans l’évènementiel et l’organisation de conférence .

L’objectif principal de l’opération, en dehors de la promotion du Master, était de sensibiliser les étudiants aux enjeux et questionnements de la communication, plus particulièrement de la communication digitale – en pleine expansion – et de présenter les débouchés souvent trop méconnus de ce domaine.

Durant la conférence, 6 intervenants ont présenté tour à tour leurs parcours dans le monde de la communication, les tâches qu’ils effectuent régulièrement dans le cadre de leur travail et leurs désirs pour l’avenir de leur domaine. Le panel était intéressant et bien sélectionné, permettant aux participants de voir et d’entendre des professionnels issus de divers milieux ou formations et de se faire une bonne idée de la richesse d’options que propose ce domaine.

 Nous avons pu entendre Maxime Roux, web analyst à la RTS, nous présenter les analyses d’audiences qu’il effectue et parler de ses interrogations sur les nouveaux acteurs des médias d’aujourd’hui comme sur les réseaux sociaux, ainsi que sur les évolutions nécessaires pour contenter un public de tous les âges et via tous types d’appareils et de plateformes.

 Puis, Caroline Wiedmer, chargée de communication pour l’État de Genève, et Laura Bay, responsable du site web de la Ville de Genève, nous ont renseignés sur l’état actuel de l’utilisation des dernières technologies par l’administration cantonale ou municipale. Elles ont également présenté la refonte du site de la Ville effectuée ces dernières années – un projet titanesque ayant nécessité de nombreux collaborateurs motivés et plusieurs années de travail. Elles ont conclu en commentant le besoin d’une évolution des mentalités, au sein de l’administration notamment, afin de s’adapter aux utilisateurs et de leur rendre la vie plus facile. Ce sont des changements qui ouvrent la porte à de nouvelles idées, mais aussi à de nouveau emplois.

 Instant explosif de la séance : la présentation de Pascal Meyer, co-fondateur de QoQa.ch. Après avoir prié la salle de bien vouloir « fermer les laptops et poser les téléphones, juste 45 secondes » – ce qui, disons le, a bien pris plusieurs minutes jusqu’à ce que tout le monde se soustraie à la consigne – et ne voulant pas de faire de long discours, il a préféré montrer son idée d’un exemple pratique de « communication 2.0 » : le poisson d’avril qu’il a réalisé cette année, proposant aux internautes de contribuer à une projet fictif d’avion lunaire (en référence évidente à Solar Impulse, le projet d’avion solaire). Une présentation énergique qui permettait de voir un point de vue moins analytique et plus social de la communication digitale.

 En passant ensuite au domaine du luxe, Sandra Contat, coordinatrice en communication digitale chez Hublot, a fait une introduction aux web analytics ainsi qu’aux partenariats et au travail que cela engendre sur internet : présence constante sur les réseaux sociaux avec des community managers, chargés de soutenir les marques partenaires et de communiquer avec toute la communauté de clients, ou encore campagnes publicitaires via Facebook.

Finalement, c’est Fanny Rannaud qui a clos la conférence en présentant son point de vue de digital manager dans une agence de communication (M&C Saatchi). Elle a notamment mentionné les changements opérés au sein des agences, provoqués par l’importance grandissante du digital. Il n’est en effet plus possible d’imaginer une campagne de communication sans passer par internet. Elle a aussi présenté tout le travail qui doit être fait en amont par les agences pour se maintenir à jour et proposer aux clients la meilleure utilisation possible des technologies actuelles.

 Toute la stratégie de communication autour de l’événement a été très bien menée, avec des mises à jour régulières sur la page Facebook avant le jour J. Les organisateurs ont également décidé de combiner conférence traditionnelle et évènement digital sur internet, en proposant de suivre la conférence en direct grâce à un livetweet sut la page Twitter de Medi@lab avec le hashtag #CMV (permettant aussi à tous ceux présents de commenter au fur et à mesure) et à un live vidéo, via l’application Meerkat. Les efforts ont payé et l’exercice est donc réussi pour les 4 étudiants de Master, qui ont réussi à mettre en place une conférence intéressante, touchant à des problématiques très actuelles et qui a permis de rappeler à l’assistance les possibilités diverses et variées du domaine de la communication digitale ainsi que les nouveaux types d’emplois qui se créent au fil des années.

Présentation du Master en journalisme et communication sur le site de l’UNIGE :

http://www.unige.ch/sciences-societe/formations/masters/ma-com/com/

Brigitte Steiner