Ce salon, cumulant jeux vidéo, cosplays, mais aussi tables de go, propose des activités si variées qu’il serait difficile de lui donner un genre précis ; le plus juste serait probablement de dire qu’il s’agit du plus grand évènement suisse consacré à la culture geek, au sens large. Quoi qu’il en soit, le Polymanga a pour caractéristique de faire chaque année mieux que les précédentes et cette édition 2014 ne fait pas exception, loin s’en faut.

Tout avait commencé il y a dix ans à Genève, dans un hall annexe de Palexpo durant le Salon du Livre. Depuis, le Polymanga a obtenu son indépendance, se fixant à la date de Pâques, et a grandi de manière exponentielle : il y a toujours plus d’espace occupé[1], toujours plus d’intervenants et, surtout, toujours plus de public : pour la seule journée de vendredi, plus de 8’000 visiteurs se sont rendus cette année au Polymanga. En dix ans, l’évènement helvétique est devenu un incontournable qui attire tout le gratin des YouTubers[2] et que des constructeurs comme Sony et Nintendo ne peuvent plus ignorer.

C’est bien ceci qui impressionne le plus. L’équipe du Polymanga parvient chaque année à améliorer la formule, que ce soit en réglant quelques détails pratiques ou en augmentant, toujours, la liste des prestigieux invités. Victime de son succès, la difficulté pour l’évènement n’est plus d’attirer du monde, mais de le réguler : il faut réussir à faire entrer toutes les personnes disposant d’un billet, puis veiller à ce que tout se passe de manière optimale. Le staff trouve d’année en année des solutions à ces problèmes : files d’attentes multiples et soignées, amélioration du débit des entrées, vidage régulier des salles afin d’éviter que les 1700 places du plus grand auditorium ne soient occupées toute la journée par les mêmes personnes.

Bien évidemment, il reste toujours des choses qu’il est possible d’améliorer, mais ce qu’il est important de noter, c’est l’évolution. De simple annexe du Salon du Livre, le Polymanga est devenu en dix ans un évènement incontournable de la culture geek au niveau francophone. Nombreux ont été les changements, mais l’évolution n’a jamais cessé et semble au contraire s’accélérer. Où en sera le Polymanga dans dix ans ? Cela reste à voir, mais à ce rythme, un retour triomphant afin d’occuper le hall principal de Palexpo semble inévitable d’ici quelques années.

Pierre-Hugues Meyer

 

[1] Depuis le déplacement à Montreux l’année précédente, Polymanga couvre désormais 12 000 m2 au total.

[2] Pour en citer quelques-uns qui étaient présents cette année : Joueur du Grenier, Bob Lennon, les équipes de Noob et du Visiteur du futur, Kriss (la Minute Papillon), Antoine Daniel (What The Cut) ou encore Mathieu Sommet (Salut les geeks), sans parler du Naheulband.