Après 10 jours de compétition, j’ai décidé de faire un premier bilan de ces Jeux, en parlant des problèmes climatiques et tout ce qu’ils remettent en cause, de sport, un peu, et aussi de la RTS, qui ne fait pas tout correctement.

            Depuis le début de ces Jeux, on parle beaucoup des conditions climatiques printanières. De nombreux problèmes concernant la neige ont été avancés. On a pu le voir avec le ski de fond, mardi 11 février, lors du sprint. Tant de chutes se sont produites que je n’ai pu les compter. La finale masculine, avec six athlètes engagés au départ, a débouché sur une fin absolument incroyable. Alors que le Suédois Emil Joensson était largué dès le départ, n’ayant plus d’énergie, trois athlètes qui étaient loin devant lui ont chuté, en raison du mauvais état de la piste. Cela lui a permis de décrocher la médaille de bronze. Incroyable non ?

            Si les conditions lui ont finalement été favorables, cela n’a pas toujours été le cas, loin de là. Samedi 15 février, lors de le super-G féminin de ski alpin, huit des dix premières concurrentes n’ont pas pu rallier l’arrivée en raison de chutes, toutes au même endroit ! Il a fallu que l’une d’entre elles tente une nouvelle ligne, imitée par les autres, pour que la compétition puisse enfin voir des concurrentes terminer leur course. Une seule phrase est nécessaire pour illustrer l’état déplorable de la piste. A l’interview, Lara Gut, quatrième, a déclaré : « C’est une catastrophe, on avait l’impression de skier sur l’eau! »[1] Je pourrais multiplier les exemples, tant les conditions sont incroyablement mauvaises. L’on pourra me répondre que les organisateurs ne peuvent pas décider de la météo. C’est vrai. Une question me taraude tout de même : pourquoi avoir attribué les Jeux Olympiques à une station balnéaire ? On sait pourtant que ce genre d’endroits n’est pas favorable aux sports de neige… Je n’en dirai pas plus, je pense que tout a déjà été dit. Le CIO (Comité International Olympique) a en tout cas de quoi se remettre en question.

            J’aimerais encore ajouter une critique, à un niveau plus local, à l’encontre de la RTS (Radio Télévision Suisse). Il est vrai que notre télévision romande fait de gros efforts pour proposer différents sports. Elle a même mis en place un « player » sur son site internet[2] permettant de regarder les JO sur six canaux différents, dont trois sans commentaire (ce qui n’est pas pour déplaire au public soit dit en passant). J’émettrai simplement une critique, sous forme de question : alors qu’il y a sans arrêt des compétitions pouvant être diffusées en direct, pourquoi choisit-on de rediffuser, en intégralité, certaines épreuves ayant eu lieu le matin ? On reprochait aux télévisions françaises de se montrer trop chauvines, on est en train de faire la même chose. C’est une excellente chose que de remontrer nos victoires, podiums, résultats probants et il faut le faire ! De là à rediffuser une épreuve en intégralité…

Heureusement, les Jeux Olympiques, ce ne sont pas que des polémiques. Il y a aussi (encore heureux) du sport et du spectacle. Je tiens donc, malgré mes nombreuses critiques, à féliciter tous nos athlètes médaillés : Dario Cologna et ses deux médailles d’or en ski de fond (et dire qu’il peut encore en gagner…), Iouri Podlatchikov, notre snowboarder né à Moscou, vainqueur en halfpipe, Dominique Gisin et Sandro Viletta, vainqueurs en ski alpin après de nombreuses blessures qui auraient pu mettre un terme à leur carrière, Selina Gasparin et son inattendue médaille d’argent en biathlon, sans oublier Lara Gut qui est allée chercher la médaille de bronze en descente. Bravo également à tous les athlètes, suisses et autres, qui participent à ces compétitions. Ce sont tous de grands champions, auxquels il me faut tirer mon chapeau !

Fabien Imhof

 


[1] http://www.rts.ch/sport/dossiers/2014/jo-sotchi/5615693-lara-gut-manque-le-podium-de-peu.html

[2] http://www.rts.ch/imports/sotchiplayer/Desktop.html