Pour ce mois de novembre je présente la réédition du dernier album de la rappeuse Little Simz sorti en 2016, dans une ambiance hip hop orbitant autour de sons urbains et afro.

Little Simz, ou de son vrai nom Simbiatu Ajikawo, est une rappeuse anglaise de 23 ans. Malgré son jeune âge, elle est déjà reconnue par un certain nombre d’artistes de plus grande notoriété comme par exemple Kendrick Lamar. D’ailleurs, si vous étiez dernièrement au concert de Gorillaz à Zürich ou à Genève, Little Simz ne vous est pas inconnue puisqu’elle était en première partie du groupe virtuel créé par Damon Albarn et Jamie Hewlett. Little Simz est notamment en featuring sur Garage Palace, la dernière sortie de Gorillaz et les a accompagnés durant leur tournée Humans Tour, en 2017. Au début de sa carrière, la musicienne a toutes les cartes en main pour percer et mériterait d’être plus connue. L’artiste peut se vanter d’être très complète car en plus de rapper et d’écrire ses textes, Little Simz joue de la guitare, chante et enregistre ses albums sur son propre label indépendant, AGE 101 Music. Son domaine est le hip hop mais il peut être étendu au jazz, au RnB et à l’univers électronique propre au hip hop contemporain : elle qualifie elle-même sa musique comme étant un mélange à mi-chemin entre le rap et l’expérimental. Il n’est pas rare de retrouver des percussions africaines ou une guitare très claire typique du blues sur ses morceaux. Little Simz s’amuse à mélanger les éléments inattendus, se créant ainsi un univers très personnel et qui nous touche d’autant plus. Son dernier opus en est un exemple parfait.

Le 4 novembre 2017 sortait Stillness In Wonderland (Deluxe Edition) ajoutant des morceaux bonus à son deuxième album et une version vinyle. Cette réédition de son dernier opus évoque l’imaginaire d’Alice in Wonderland de Lewis Carroll. Telle Alice, Little Simz nous propose ici un voyage sur les thématiques de l’imaginaire et de l’expérience de l’enfance. Les paroles évoquent l’introspection de l’esprit et du souvenir. Ses morceaux sont écrits avec une grande justesse et avec poésie. Les thématiques témoignent d’une grande maturité. Little Simz nous parle de son expérience personnelle comme dans Doorway, évitant les clichés superficiels du rap commercial. L’album réussit à dépasser l’expérience musicale classique en dévoilant une facette plus personnelle et plus touchante de l’artiste bien éloignée de toute hypocrisie. Ce qui plaît dans Stillness In Wonderland est la proximité avec Simbiatu Ajikawo. L’ambiance instrumentale va tout à fait dans cette direction. Parfois, les cuivres langoureux rappellent un jazz calfeutré et intime, contrastant avec les sons plus électroniques et plus graves, comme sur Bad To Bone (featuring Bibi Bourelly). Les morceaux sont joués sur des tonalités claires et obscures évoquant l’imaginaire merveilleux mais un peu inquiétant de Lewis Carroll : le voyage introspectif est à la fois doux et sombre. Les morceaux gagnent encore plus en personnalité par ce mélange de genres musicaux. Les featurings avec d’autres artistes, de hip hop et de RnB pour la plupart, soulignent parfaitement la cohérence de l’œuvre de Little Simz : ils s’adaptent parfaitement au style de la jeune femme tout en prouvant de l’élargissement des genres que nous retrouvons sur l’album. Même si sa touche personnelle est très présente, Stillness In Wonderland offre des morceaux plus conventionnels au niveau du son comme Good For What. En revanche, il est vrai que si vous n’êtes pas adepte de rap, ni de musique urbaine, ni afro-américaine, il y a peu de chances que vous soyez sensible à l’univers de Little Simz.

Dans Stillness In Wonderland, l’univers d’Alice In Wonderland permet de créer une palette de thématiques très diverses, toujours autour du pivot de l’expérience personnelle. En plus de son enfance, Little Simz peut parler des relations amoureuses. Par exemple, Poison Ivy nous présente une amour toxique comparé au poison ou à la plante vénéneuse. La poésie moderne et subtile des paroles prouve du talent d’écriture de la rappeuse. Sa musique s’écoute aussi avec le cerveau et permet de faire passer un vrai message. Fière de ses origines afro, Little Simz est une artiste engagée qui dénonce également le contexte récent des conflits entre afro-américains et la police au Etats-Unis. Elle n’hésite pas à parler du combat contre le racisme dans ses chansons, comme dans LMPD.

Mélangeant les univers et les ambiances, Little Simz est une artiste qui a conscience du monde dans lequel elle vit et aime nous faire partager ses perceptions, que ça soit au niveau du son ou au niveau du visuel. Ses clips sont tout à fait dans l’air du temps, avec plus ou moins d’impact et d’originalité. Cependant, Simbiatu Ajikawo sait se faire remarquer puisqu’il a été créé autour de la sortie de Stillness In Wonderland une BD, une exposition et un festival.

Joana Innocenti

Crédit photo : AGE 101 Music Records

Site web : http://stillnessinwonderland.com/

Clip de Good For What : https://www.youtube.com/watch?v=GNwCcxZcDds

Sources paroles : https://genius.com/albums/Little-simz/Stillness-in-wonderland-deluxe-edition