Magali Bossi

Note aux lecteurs : on soulignera que l’auteur de la présente bio écrit à la 3e personne, parce que franchement, ça fait plus classe rhétoriquement de jouer la carte du moins personnel. La rédaction décline également toute responsabilité quant au contenu et au sérieux relatif de cette bio. – À prendre avec des pincettes, donc. On vous aura prévenu.

            Née lors de la dernière décennie du XXe siècle – (impossible de donner plus de précisions sans briser le pacte tacite du secret professionnel) –, le spécimen Magali Bossi est actuellement ethnochroniqueuse dans le complexe microcosme du splendide journal R.E.E.L.

Sa mission principale – (acceptée malgré les dizaines de projets en retard, projets tant estudiantins qu’écritoriaux) – ? Traquer l’Etudiant en Lettres là où il ne l’attend pas, pousser la porte de la Jungle lettreuse des Bastions, et dévoiler au public les rouages secrets de la Faune universitaire.

Bon. Il lui arrive aussi parfois de dévier de sa mission principale pour écrire des papiers annexes, sur divers sujets – ça, c’est dans les cas les plus optimistes où elle a le TEMPS de le faire, hein, ne vous y leurrez pas.

Ayant plusieurs cordes à son arc – (bien que ne visant pas toujours droit !…) –, l’ethnochroniqueuse Magali Bossi est un mélange détonnant de plusieurs ingrédients atypiques. Tour à tour, elle peut donc être définie sommairement par :

            – un endoctrinement musical familial draconien (sa maman est accordéoniste, sa sœur est accordéoniste… elle est accordéoniste ! Mais attention, dans plusieurs styles : baroque, classique, jazz, folklores européens, musique klezmer, car plus on est de fous, plus on rit !) ;

            – un engouement dévorant – (tant pour ses économies que pour son espace vital) – pour les livres en tant qu’objets (d’où le problème récurrent de la PLACE) ;

            – une passion encore plus dévorante – (pour son temps, cette fois) – pour la lecture (et alors là, en vrac : auteurs très sérieusement classiques, fantasy, SF, monographies historiques, poésie en vers et en prose, contes populaires, sordides scénarios policiers… même des mangas, vous vous rendez compte ?!) ;

            – une activité soutenue d’étudiante à l’UNIGE (en Français moderne, essayant actuellement et désespérément d’écrire son Travail de Mémoire…) ;

            – un amour immodéré – (et parfois immodérable) – pour l’écriture littéraire (ce qui prend du temps, de l’énergie… et du temps. En fait, ce ne sont pas les idées qui manquent. C’est le TEMPS. Dur combat. Argh.).

À noter qu’elle aime également les orages (mais depuis un canapé douillet), le thé (moment de détente par excellence), les classiques anglais des récits pour enfants (Alice au Pays des Merveilles et Peter Pan, pour n’en citer que deux) les enquêtes policières (surtout à inventer et raconter), les brocolis (il en faut bien…) et écrire des romans.

Et comme elle d’un naturel optimiste et que là, cher-ère-s lecteur-trice-s de R.E.E.L., elle n’a plus d’idées – (et plus de temps !…) – , elle vous fait grâce de ce qu’elle n’aime pas.

D’autres questions ?…