En ce lundi 31 mars se prépare le lancement d’une action très importante que tout lettreux digne de ce nom ne se doit pas d’ignorer : la pétition d’unibastions.ch !

Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’actualité estudiantine de ces derniers mois, voici un rapide compte rendu. En décembre dernier, un certain Deniz Ates, accompagné d’une équipe d’autres étudiants motivés, lance le site internet unibastions.ch, plateforme de la lutte pour la rénovation de notre alma mater, dont l’entretien n’est plus assuré depuis fort longtemps.

Après un succès considérable et diverses publications affiliées à ce même projet, l’association unibastions.ch lance demain, 1er avril[1], une pétition présentée au Grand Conseil de Genève demandant la rénovation d’Uni-Bastions pour les 150 ans de la pose de la première pierre en 2018.

On l’aurait presque oublié, mais notre vénérable bâtiment existe depuis près d’un siècle et demi ! À travers le délabrement des Bastions se dessine également la place des Humanités dans notre société : l’édifice est mal entretenu, ne répond plus aux normes d’écologie, d’accessibilité et, pire encore, devra probablement être l’objet d’un désamiantage dès 2015. Le fleuron des Lettres s’effondre, l’abandon est généralisé et que fait-on ? Rappelons-le, réclamer la rénovation des Bastions, c’est d’une part s’opposer fermement à sa vétusté mais aussi vouloir redonner au bâtiment la place qu’il mérite au sein du patrimoine de la ville. C’est vouloir faire de lui ce qu’il doit absolument être, à savoir un lieu de transmission du savoir, dans lequel étudiants, enseignants et employés pourront se sentir à l’aise, sans plus de conséquences sur leurs activités quotidiennes. Rénover les Bastions, ce n’est donc pas seulement demander un lieu de vie et de travail décent mais également faire en sorte que cet édifice, symbole de l’éducation universitaire par excellence, retrouve son prestige et sa place au sein de l’Université de Genève et au cœur de sa Cité.

Ce projet ne peut avoir lieu qu’à la condition que le Grand Conseil de la République et Canton de Genève fasse passer la rénovation des Bastions dans ses priorités et c’est là, lettreux, que nous aurons besoin de toi.

Ta mission est simple. Dans un premier temps : signe ! Ensuite, n’hésite pas à faire circuler cette pétition. Elle s’adresse à tous ! Elle peut être signée par toute personne intéressée par cette action et ce sans restriction d’âge, de nationalité ou de lieu de résidence. Il faut donc en parler, sensibiliser et  permettre ainsi à ce projet de s’ancrer dans une réalité concrète[2]. La lutte pour la rénovation des Bastions n’est pas uniquement un combat de lettreux, même s’ils sont les premiers concernés, cela touche toute personne qui pourrait avoir à cœur de redorer le blason d’un édifice classé à l’office des patrimoines et des sites et qui participe activement, au même titre que les autres bâtiments de l’Université de Genève, au rayonnement académique d’une Cité à la fois scientifique et lettrée.

 

Alessandra Passaseo



[1] À toute fin utile (on ne sait jamais), précisons qu’il ne s’agit PAS d’un poisson d’avril. C’est sérieux. TRÈS sérieux. C’est noté ? Parfait. Tu peux reprendre ta lecture.

[2] Lancée le 1er avril, la pétition pourra être signée jusqu’au 09 mai 2014. Chaque feuille complétée pourra être retournée à la loge d’Uni-Bastions, dans le hall d’entrée du bâtiment principal.