Au Théâtre des Marionnettes de Genève, la saison 2017-2018 promet de belles créations : présentation.

Ce qui nous frappe en premier dans cette saison à venir, c’est la variété. Tout le monde peut y trouver son compte, que ce soit les familles avec des enfants de tous âges, des classes d’écoles ou même des amateurs plus âgés. Les plus jeunes venant obligatoirement avec des adultes, les pièces ont été conçues pour que ceux-ci ne s’ennuient pas ; le plaisir pouvant ainsi être partagé en famille.

La variété touche aussi la matérialité des marionnettes : il peut s’agir de marionnettes à taille humaine, d’ombres chinoises ou de marionnettes traditionnelles à fils. Cependant, deux créations misent sur des matériaux peu communs et surprenants. Pour Les Petits Cochons 3, le retour, réinterprétation du célèbre conte, les suidés seront interprétés par… des ballons de baudruches, tandis que le loup sera tout en clous. On peut aisément imaginer la difficulté technique pour faire en sorte que les trois héros tiennent jusqu’au bout des 45 minutes du spectacle. Não Não est la deuxième création qui mise sur une matière peu commune pour le théâtre des marionnettes : la terre glaise. Ainsi, ce spectacle destiné aux tous petits (à partir de 2 ans) mettra en scène des marionnettes qui seront créées en direct.

Il faut aussi remarquer que les sujets abordés n’ont rien de léger ou de superficiel : les thèmes plus sérieux sont privilégiés. Que ce soit sur la force des actions individuelles et de la persévérance avec L’homme qui plante des arbres ou sur la différence entre le bien et le mal avec Le petit Asmodée, le pari est pris de ne pas sous-estimer les enfants et de leur parler de sujets importants, le tout tourné d’une manière qui leur rend cette parole accessible.

Parmi les pièces destinées aux plus vieux (dès 12 ans), on peut discerner des thématiques très fortes. Du 5 au 15 octobre, White Dog nous plonge dans l’Amérique des années 1960, au cœur des luttes pour les droits civiques. Nous pourrons ainsi assister à une véritable mise en question d’une éducation qui a poussé à la haine toute une société. Du 11 au 21 janvier, c’est un spectacle choc, basé sur les écrits d’un prisonnier de 13 ans dans un camp de concentration, qui nous sera proposé. Un fils de notre temps nous narrera, du 20 février au 4 mars, la radicalisation d’un chômeur, non pas par idéologie, mais par désillusion. Enfin, C’est une plongée dans nos pires angoisses qui sera offerte à notre regard avec Cendres. Du 20 au 25 mars, c’est avec des marionnettes à taille humaine que nous plongerons dans la folie d’un pyromane.

Comme nous pouvons le voir, c’est une saison riche en émotions et en thématiques fortes qui s’offre à nous. C’est avec la plus grande impatiente que les petits comme les grands attendent le début des représentations.

Infos pratiques : 

https://www.marionnettes.ch/public/au_programme/saison_en_cours.php

 Photo : ©Mélissa Stein