Urbex

mars 29, 2017 / by / 0 Comment

Non, il ne s’agit pas d’une nouvelle marque de préservatifs, mais bien d’une version raccourcie de « urban exploration », ce qui nous donne, dans la langue de Molière, « exploration urbaine ».

Après vous avoir prouvé mes talents de traducteur, je vais tout de même vous expliquer ce qu’est l’Urbex ! Il s’agit du fait de découvrir des lieux, (généralement à l’abandon) qui sont difficiles d’accès ou cachés au grand public. Le tout peut se faire de manière tout à fait légale… ou non[1]. En effet, la majorité des endroits visités étant tombés dans l’oubli, il peut s’avérer difficile de demander les autorisations nécessaires. Sans oublier le fait que ça procure moins d’adrénaline si on demande avant.

Qui sont ces explorateurs des temps modernes ?

Pour la majorité, ce sont des passionnés de photographie, qui cherchent à faire quelques belles images pour en faire profiter le monde et faire ressurgir du passé ces bâtiments, qui sont parfois de vraies merveilles architecturales. Il y a aussi les youtubers, dont les vidéos pullulent sur le net. A ce propos, je vous recommande deux chaînes : Exploring With Josh et TeEnZiE. Cette dernière se focalise sur l’Écosse, où il se trouve de nombreux lieux propices à cette activité.

Il y a une chose essentielle à savoir : les vrais urban explorers ne vous diront jamais l’emplacement précis des lieux qu’ils visitent. En effet, leur plaisir réside dans le fait de voir les lieux subir les assauts du temps, et non la bêtise humaine. Ainsi, ils ne vous diront rien par peur des vandales. Il est toutefois (malheureusement) assez aisé de trouver les informations sur un lieu précis, grâce à Google et aux nombreux forums consacrés à cette passion. Si vous vous intéressez sérieusement à la discipline, je ne peux que vous inciter à faire preuve de discrétion afin de préserver au mieux ces lieux.

Quelques conseils pour les novices :

Si vous vous sentez l’âme aventureuse et la volonté d’essayer, il y a quelques règles élémentaires à respecter. Tout d’abord, il faut prévoir un peu de matériel : des lampes de poches, une trousse de premier secours, une tenue adéquate et de quoi immortaliser vos exploits. Un masque de protection (comme ceux qu’on utilise pour peindre au spray) peut s’avérer utile pour protéger ses petits poumons contre toutes sortes de poussières et de moisissures plus ou moins nocives. Ensuite, et c’est un point essentiel, n’y allez jamais seul. Il y a, en effet, toujours le risque de passer à travers un plancher vermoulu ou de faire une mauvaise rencontre. Soyez prudents, vous pouvez tomber sur des sans-abris dérangés, des propriétaires furieux ou sur des vandales agressifs. Ainsi, mais ne le dites à personne, je vous recommande toujours d’avoir sur vous une sorte d’arme pour vous défendre. Dans la majorité des cas, cela ne vous servira à rien, mais on ne sait jamais. Enfin, pour en finir avec mes conseils démotivants, je vous recommande de faire vos explorations en journée. La nuit étant propice aux « trucs louches », vous aurez plus facilement d’emmerdes dans l’obscurité. Par exemple, si vous vous faites attraper en pleine nuit dans un lieu interdit au public, vous aurez plus de chance d’avoir à faire à la police, ce qui risque fort d’être une mauvaise expérience.

Où peut-on pratiquer ?

Un peu n’importe où, on trouve des lieux à l’abandon assez facilement. Il faut tout de même noter que c’est une passion qui pousse à voyager, dans la mesure où il y a peu d’endroits dignes d’intérêt par chez nous. Ainsi, sans aller très loin, il y a de nombreux lieux très sympathiques en France, comme le « manoir à la verrière » en Alsace, qui est devenu un classique de la discipline[2]. Il y avait également le manoir au piano qui était un must see en la matière. Cet article arrive malheureusement trop tard, celui-ci ayant pris feu à causes de squatteurs qui ont jugé futé de faire un feu de camp dans le salon[3].

Un intérêt ésotérique…

Pour couronner le tout, bon nombre de ces lieux sont réputés hantés. Ainsi, en plus d’explorer des chefs-d’œuvre oubliés, vous pouvez, si vous y croyez et si vous osez, tenter d’entrer en communication avec des esprits. Pour en revenir aux manoirs à la verrière et au piano, le Groupe Troisième Œil a fait deux vidéos dans ces lieux. Sans rentrer dans le débat « ça existe, non c’est pas vrai, oui mais alors… » qui n’aurait pas sa place ici, elles montrent tout de même des phénomènes intéressants. Pour toutefois nuancer, on peut aussi avoir une imagination fertile dopée par un lieu vidé de toute vie… Le moindre grincement peut faire sursauter.

Quelques références :

Enfin, si vous êtes intéressé et avez envie d’en discuter, vous pouvez toujours me contacter.

Jimmy Baud

Photo : Adobe Spark

[1] L’auteur ne vous incite en rien à violer les lois, alors fichez-lui la paix !

[2] Je vous mets en lien une vidéo qui rend bien compte du lieu, et ce sans que j’aie à demander d’autorisation pour les copyrights : https://www.youtube.com/watch?v=nd8htaGAP9g

[3] Ce n’est pas une plaisanterie, ils l’ont vraiment fait…


Leave a Comment

Laisser un commentaire


%d blogueurs aiment cette page :