Suite cette semaine de notre série sur ces jeunes artistes qui se servent des réseaux sociaux comme tremplin vers la gloire. De courtes vidéos humoristiques ont fait depuis quelques temps leur apparition sur les réseaux sociaux. Ce sont des « vines ».

« Vines ».

Avez-vous déjà entendu parler des vines (prononcez [veu-aï-neu] ) ? Pour certains, c’est un terme plutôt étrange, hybride, aux relents d’anglicisme. Pour les habitués des réseaux sociaux, par contre, ce terme rejoint la longue liste de ceux qui, évidemment, doivent dorénavant apparaître dans le dictionnaire Le Petit Robert (en ligne bien sûr), tellement ce phénomène a pris de l’ampleur.

Les « vines » sont de courtes vidéos (6 à 7 secondes) dans lesquelles les « vineurs » dépeignent sous un jour humoristique des situations, des faits, mettant en parallèle, pour la plupart, des clichés et des lieux communs de la vie sociale en général, familiale en particulier. Ces courtes séquences tiennent leur nom d’une application créée en 2012 par Dom Hofmann et Rus Yusupov, puis rachetée et lancée en janvier 2013 par Twitter cinq mois après sa création.

Vine, mode d’emploi :

Pour faire des vines, c’est facile ; il faut, à l’aide d’un smartphone et d’une connexion internet, télécharger l’application sur l’une des plateformes dédiées (Google Play ou Appstore). Une fois l’application installée, la prise en main est facile et rapide : à vous de jouer les cinéastes en pressant légèrement votre écran et en le relâchant selon votre souhait. Six secondes plus tard, vous êtes la star d’un film que vous pourrez partager à volonté sur les réseaux sociaux.

Thème :

Sur Facebook, les  vines  connaissent un très grand succès non seulement à cause de leur longueur extrêmement courte, mais aussi parce qu’un certain nombre de jeunes gens se mettent en scène dans des situations plutôt cocasses, le tout dans un savant mélange de cynisme et d’ironie. Le modèle adopté en grande majorité est celui de l’acte posé et de la conséquence qui s’ensuit, en d’autres termes, « lorsque A se produit, voici à quoi ressemble, en vidéo, l’effet provoqué sur B ». Ce qui donne souvent des vidéos intitulées «  lorsqu’on oublie son fer à repasser sur sa chemise… »  On le comprend, le système comparatif est clairement dominant, puisque les vineurs présentent, de manière exagérée, des réactions équivalentes à celles qui ont habituellement lieu au moment où se produit une action. Dans le langage Vine, on pourrait le traduire ainsi : lorsqu’on oublie son fer à repasser sur sa chemise, la réaction de panique de tout un chacun peut être « montrée » par un vineur comme une vidéo d’explosion de voitures ou d’éruption volcanique.

Anti-cliché ?

Pourtant au-delà du simple aspect gag, ces vidéos touchent des sujets beaucoup plus sensibles tels que le racisme ou les relations quelquefois tendues entre parents et enfants, ce qui leur permet de parodier la plupart des problématiques liées à ces différents protagonistes.

 Aussi, avec le modèle  « réactions communes  lorsqu’un blanc pose un acte X  contre lorsqu’un noir pose le même acte et leurs conséquences », dans tous les cas, la réaction supposée comme vraie – puisque relayée depuis des décennies dans l’imaginaire social –  est mise au jour et présentée sous son aspect le plus ridicule. C’est ainsi que le blanc est vu comme quelqu’un de faible et de condescendant, tandis que le noir est présenté comme quelqu’un de violent et comme un danseur-né. On est tenté de croire que c’est une réponse que les jeunes vineurs apportent face aux récents défis sociaux auxquels ils doivent de plus en plus faire face. Quelle que soit la raison, les vineurs ne cessent de réunir autour d’eux une communauté de fans de plus en plus grandissante. C’est le cas de Saloméjet’aime ou encore de Tonio Life qui a eux deux cumulent près de cent cinquante mille followers sur Facebook !

Go vine !

On le comprend, si humour-noir et francs éclats de rire sont les ingrédients indispensables pour produire un excellent vine, la condition sine-qua non est de laisser libre cours à son imagination. Certains y parviennent plus facilement que d’autres et un vine peut être d’une très bonne qualité ou être complètement raté. À ce stade, c’est aux internautes de décider. À vous de vous lancer dans l’aventure !

Ariane Mawaffo