Après les critiques « classiques » de Durendal ainsi que ses rétrospectives relativement modernes, on va mettre les mains dans la terre: aujourd’hui sortez vos pelles et vos kits du petit archéologue: on va exhumer des vieux films et ce en bonne compagnie !

Ah, le cinéma, cet endroit où l’on aime aller entre amis, seul, en couple ou avec du pop-corn ; où il fait bon aller se rafraîchir lorsque la canicule nous donne des envies de blockbusters avec des glaçons en 3D… mais d’ailleurs, ça vient d’où le nom blockbuster ? Et les images de synthèse qui les peuplent, ça date de quand ? Et s’il fait froid et qu’on a envie de se déterrer un bon vieux film à regarder au coin du feu, on peut encore se demander quoi déterrer. Et, aussi, quelle est la place du feu au cinéma, tiens ! Mieux encore ! Soyons fous: si on s’essayait à la réalisation !? Et puis, en passant du coq à l’âne, le dernier Araki, que vaut-il ?

Pour répondre à cette horde de questions (et bien d’autres encore) sans courir après des profs spécialisés dans le cinéma, on va vous promener dans une sélection (non exhaustive) de vidéos du net, en français, sur le sujet.
Eh oui, parce qu’il est aussi possible de s’instruire en regardant des vidéos sur YouTube and co. (même en français !).

Si vous êtes un peu familier des vidéastes d’internet spécialisés dans le cinéma, la première chose qui vous est venu à l’esprit quand vous avez lu le titre de l’article c’est « Cool, le Fossoyeur de Films ! »
J’ai le bonheur de vous annoncer que vous ne vous êtes pas planté, cependant on ne parlera pas que de lui : en première partie du Fossoyeur et sa fidèle Pupuce[1], vous aurez droit à deux autres vidéastes, certes moins connus, mais qui vont chercher leurs sujets encore plus profondément dans le temps et l’espace, j’ai nommé Moïse de Glitch et Eliot Mini. Restez quand même: ils sont cools eux aussi !

Moïse de Glitch

« Envie qu’un mauvais garçon te parle de cinéma ? Tu veux qu’on te chuchote à l’oreille des critiques de vieux films ? Si on se faisait une toile toi et moi !? Alors tape « Moïse de Glitch » sur YouTube. Moïse de Glitch, sur Youtube : rejoins-moi ! »

vidéo de présentation de la chaine de Moïse de Glitch

La chaine de Moïse est née le 13 janvier 2014 avec une première vidéo de 8 minutes sur l’histoire du cinéma de Science-Fiction entre 1895 et 1905, bientôt suivie de sa suite (1906-1910). « Le Cinéma de Science-Fiction » – titre de ses deux émissions – préfigure par son style et son sujet les émissions « Le Cinémascope ». Ces dernières durent environ 10 minutes et sont consacrées à de vieux films (pas forcément du genre susmentionné) en noir et blanc (« Le CinémaScope ») ou en couleur (« Le CinémaScope Color »). Souvent riches en spoilers elles ont pour but de faire découvrir des vieux films à un public qui à priori n’est pas familier de ce qui a pu être fait avant 1990 en y mettant une bonne dose d’humour noir et sympathique lié autant à la personnalité du présentateur et des personnages annexes qu’à la mise en scène absurde et à la légère trame scénaristique un peu surréaliste qui court d’un épisode à l’autre.
Moïse a également une émission nommée « CinéVif » qui consiste en des critiques de quelques minutes (environ 2) sur des sorties récentes, qui sont plutôt bien argumentées pour leur longueur. On pourrait trouver que ça manque de détails techniques comme être content d’avoir des chroniques aussi synthétiques (et avec un petit chouïa d’humour dedans en prime). Malheureusement, Moïse n’en produit que pour quelques films: dommage, ça donne envie de se resservir.

Lien vers sa chaine : http://www.youtube.com/user/moisedeglitch

Eliot Mini

Sur un ton beaucoup plus pédagogique que celui de Moïse et avec un humour beaucoup moins sombre, Eliot Mini donne lui aussi dans le vieux film, en noir et blanc ou en couleur, avec pour spécialité le cinéma fantastique.

Sa chaine est née le 29 avril 2014 avec un court métrage, Morpheus, et sa première émission, « C’est Pas Si Mal », est apparue peu après, le 20 mai 2014. Il s’agit là de l’émission bimensuelle principale de la chaine. Elle est organisée selon le modèle suivant : au début, Eliot et ses voix (Eliot n’est jamais en visuel, on ne fait que l’entendre. L’entendre lui et ses voix qui aiment bien le contredire. On peut souligner que l’illustration visuelle de l’émission, à base d’extraits de films, est de très bonne qualité et sert bien le propos) vous présentent un vieux film, puis une fois l’histoire survolée (avec possibilité de sauter la zone de spoiler) il tentera de vous expliquer pourquoi… c’est pas si mal, et ce en vous remettant en prime dans le contexte historique et artistique.

Eliot tient également trois autres émissions sur le cinéma un peu plus moderne : « L’antithèse », « Rétrospectif » et « Le Cinéphile Présente ».

La première est une critique en 5-6 minutes d’un film proposé par les spectateurs dans les commentaires, qui s’est souvent fait bâcher (et/ou qui a eu un succès très important au box-office, ce n’est pas incompatible) et qu’Eliot réhabilite (un peu) en expliquant pourquoi les critiques étaient potentiellement imméritées. Ou l’inverse. Si vous vous demandiez quelle tête a Eliot, ici vous le verrez, même s’il y a également quelques images du film traité.
« Rétrospectif » est une émission courte (2 minutes), mais d’une construction très intéressante : il s’agit simplement d’établir le lien entre deux domaines qui semblent à première vue aussi peu en rapport que possible, mais qui, si on creuse un peu, ont bel et bien une relation., vous pourrez savoir quels sont les liens qui unissent jusqu’à nos jours les blockbusters américains et l’avant-garde française, les comédies américaines et les romans policiers ou encore Tarantino et Aristote.

« Le Cinéphile Présente » consiste pour sa part en une présentation par Eliot de courts métrages en rapport avec un thème, avec lien pour accéder aux dits films. Une très bonne idée pour tous les amateurs de courts récits qui n’ont pas le temps ou la patience d’écumer le net à la recherche de perles rares ou pour tous les curieux de belles images et d’idées plus ou moins expérimentales.
Le seul défaut de cette émission ? Actuellement, il n’y en a qu’une en ligne !

Lien vers sa chaine : http://www.youtube.com/user/ElFarfadosh

Voilà, sur ce nous vous laissons et nous vous disons à la prochaine pour la suite des festivités, mais en attendant, n’oubliez pas d’être curieux et de sortir couvert.
À tschüss et tout de bon !

Audrey Tissot

Image par Tiesse (source : wikicommons).

[1]Un peu de pitié pour ceux qui ne connaissent pas encore : Pupuce est le petit nom donné par le Fossoyeur à sa pelle.