Ce dimanche 3 novembre s’est tenue sur la toile la première itération des YouTube Music Awards. Retransmise en direct de New York, entrecoupée de duplex d’un bout à l’autre de la planète, cette première cérémonie de remise de prix façon Google démontre l’inexorable montée en puissance du service de partage de vidéos, qu’elles soient musicales ou non. Avec un milliard de visiteurs uniques par mois selon Le Monde, la plateforme américaine est indéniablement devenue incontournable dans le domaine des réseaux sociaux et du partage musical.

En effet, il vous suffit de repenser à la dernière fois que vous avez voulu (re)découvrir du nouveau contenu musical ou montrer votre dernière trouvaille rap, métal ou post-punk à l’un ou l’autre de vos amis pour vous rendre compte de l’omniprésence de YouTube dans la vie quotidienne de la Génération Y. Et cela n’est pas seulement le cas pour la musique, mais également pour les bandes-annonces de films, les dernières vidéos marrantes ou encore les innombrables clips de séries télévisées, talk-shows et autres one-man shows. Un grand nombre de films et documentaires peuvent même être visionnés sur ladite plateforme (bien que ceci soit, pour l’instant, un peu moins légal, pour le coup).

YouTube est devenue en quelques années la plateforme phare pour partager du contenu vidéo et, de ce fait, a généré toute une génération de YouTubbers, sorte de présentateurs indépendants et open-source, chroniquant à leur manière sur un vaste éventail de sujets, des triviaux récits de vie quotidienne de Norman et Cyprien aux décorticages critiques de la pop culture d’un point de vue féministe d’Anita Sarkeesian, en passant par les tests de jeux vidéo du Joueur du Grenier et du collectif Nesblog.

La complexification des communautés nées et vivant sur la toile, l’immense facilité avec laquelle il est possible de partager ses opinions et son argumentaire permettent peu à peu une plus grande pluralité et démocratisation de la création et de la réception de contenu. Bien évidemment, la surabondance de contenu et de créateurs d’information a l’important défaut de créer du silence. Les informations pertinentes ont tendance à se perdre dans une masse informe de contenus soit inintéressants soit mal construits. Dès lors, toute la difficulté du travail de vidéaste ou de critique débutant est de réussir à tirer son épingle du jeu dans la meule de foin que représentent YouTube, Facebook et autres réseaux sociaux.

Encore une manière de démontrer du succès vertigineux de ces dernières et de YouTube en particulier : loin d’être confinées aux seuls plaisirs récréatifs, ces plateformes sont peu à peu devenues des outils essentiels, tant pour l’industrie musicale et cinématographique que pour les journalistes et mêmes les politiciens qui commencent à faire paraître leurs affiches et films de campagne sur YouTube. Décidement…

Fredrik Blanc

Source de l’image: http://commons.wikimedia.org/wiki/File:YouTube_Music_Awards.png